Poterie

Les écuelles grossières à bord biseauté

Cette forme moulée sans grand soin avec un fort dégraissant végétal est un des marqueurs les plus aisément reconnaissables de la période d’Uruk. Elles apparaissent au début de l’Uruk ancien (niveau XII du sondage profond de l’Eanna, Sürenhagen 1993) à la toute fin du Ve millénaire. Pour P. Butterlin, les écuelles grossières correspondent à la phase la plus ancienne de l’expansion urukéenne qui commence vers 3700 (Butterlin 2003, p. 328 et p. 343-345). La fonction de ces récipients très caractéristiques a soulevé de nombreuses discussions d’autant qu’on les a retrouvées dans tous les contextes : funéraires, publiques à Uruk, domestiques à Djebel Aruda où elles servaient de céramiques de cuisson. A Hacınabi, elles ont été utilisées pour le traitement du bitume. Plusieurs hypothèses ont été proposées (voir le résumé de A. Millard 1988 et plus récemment Faivre 2009.): la plus connue et la plus discutée est celle formulée par H. Nissen (Nissen1993, p. XX) qui a associé ce type céramique à la distribution de ration standard de 0,8 l. Largement admise par de nombreux chercheurs tels P. Butterlin ou M. Frangipane (Frangipane 2012, p. 33), elle a cependant été critiquée notamment par T.W. Beale (1978) qui, à la suite de séries de mesure, conclut que leur capacité variait trop pour être utilisables comme récipients standards, que la quantité d’orge qu’elles pouvaient contenir était insuffisante pour la ration quotidienne d’un homme et qu’en plus elles ne se prêtaient au transport ni du grain ni des liquides. Une autre proposition formulée par J.D. Forest a retenu l’attention : les écuelles grossières seraient destinées à des repas communautaires et aussitôt jetées (Forest 1987).

Les écuelles grossières ne sont pas les seuls bols à avoir été produits en masse : des centaines de bols ont été découverts par exemple à Arslantepe (« bols coniques ») ou à Tepe Gawra (« Coba bowls »). Un des principaux enjeux des recherches contemporaines est de comprendre si ces productions apparemment très similaires répondaient aux mêmes besoins et si elles reflètent les mêmes contextes sociaux. S’agit-il de bols destinés à délivrer des rations données en rétribution ou bien de vaisselle utilisée lors de grandes fêtes communautaires ?

Écuelles grossières.

Assemblage céramique « Uruk authentique » (D. Sürenhagen)

Outre les écuelles grossières, plusieurs formes constituent le corpus de référence de la culture d’Uruk. Établie d’abord à Uruk par H. von Haller (1932), cette typologie a été reprise en complétée par D. Sürenhagen (1986) à partir du matériel trouvé à Habuba Kébira (voir la présentation synthétique de P. Butterlin 2003, p. 232-234).

(photo megacity, p. 204).
Assemblage de Habuba Kébira
(fig. Butterlin 34, p. 233).

Page prepared by A.T.


Retour à Assemblage époque d'Uruk archaïque

poterie.txt · Last modified: 2017/03/31 09:47 by gombert
CC Attribution-Noncommercial-Share Alike 4.0 International
Driven by DokuWiki Recent changes RSS feed Valid CSS Valid XHTML 1.0