The standard Mesopotamian Calendar

Avant le début du IIe millénaire avant notre ère, la Mésopotamie ne connaissait pas de calendrier unifié. Les calendriers locaux proliféraient (voir notamment the Early Semitic Calendars and the Ur III Calendars) et les historiens comptent, pour cette période, presque autant de calendriers que de centres politiques. C’est à l’époque paléo-babylonienne, conséquemment aux conquêtes du roi Hammurabi de Babylone (XVIIIe siècle), qu’un calendrier inspiré de celui en usage à Nippur, alors principal centre religieux du pays de Sumer, fut imposé à l’ensemble de la Mésopotamie. Ce calendrier "standard" fut employé par les scribes mésopotamiens jusqu’à la disparition de l’écriture cunéiforme, soit durant plus de 2000 ans.

L'année était organisée selon un modèle luni-solaire: l'année elle-même était calibrée en fonction du retour des saisons, en lien avec la révolution de la Terre autour du Soleil, et le mois correspondait à l'intervalle entre deux nouvelles lunes successives. Mais les mouvements du soleil et de la lune n'étant pas commensurables, l'usage simultané des deux astres pour fixer le calendrier posait des problèmes de synchronisation entre l'année et les mois. Avec 12 mois lunaires de 29 ou 30 jours, l'année comporte 354 jours; il manque donc environ 11 jours pour compléter l'année solaire de 365 jours. Afin de combler ce retard, les Mésopotamiens ont intercalé de temps à autre, et de façon empirique jusqu'au milieu du IIe millénaire, un treizième mois à l'année.

Au cours de la seconde moitié du Ier millénaire, les astronomes babyloniens sont parvenus à établir des règles relatives aux positions des deux astres. Ils ont commencé à dresser des tables offrant le mouvement quotidien du soleil et de la lune, et à prendre en compte différents facteurs issus de leurs observations. Un schéma mathématique offrant un cycle de mois intercalaires régulier a pu être ainsi introduit sous les rois achéménides. Il est fondé sur la bonne correspondance entre 19 années solaires et 235 mois lunaires. Au cours de ces 19 années, il convient d'ajouter sept mois intercalaires aux années 1, 3, 6, 9, 11, 14 et 17. Seul l'an 1 redouble le mois ulūlu, tous les autres ont un mois addaru supplémentaire. Ce cycle, appelé par la suite "méthonien", est resté en vigueur sous les Séleucides et les Arsacides, et jusqu'à la fin de la culture cunéiforme.

Calendrier babylonien standard

   Nom sumérien    Nom akkadien Correspondance calendrier grégorien Activités agricoles
i ITI BARA2.(ZA3.GAR) nisannu mars-avril Récolte des oignons
ii ITI GU4.(SI.SA2) aiāru avril-mai Récolte de l'orge, Ensemencement du sésame
iii ITI SIG4.(GA) simānu mai-juin Récolte du lin et des lentilles
iv ITI ŠU.(NUMUN) dûzu / tammuzu juin-juillet Récolte des pois-chiche
v ITI NE.(IZI.GAR) abu juillet-août Plantation du mil
vi KIN.(dINANNA) ulūlu août-septembre Ensemencement des pois-chiche
vii ITI DU6.(KU3) tašrītu septembre-octobre Récolte des dattes et du sésame
viii ITI APIN.(DU8.A) arahsamnu octobre-novembre Ensemencement des fèves et du lin
ix ITI GAN.(GAN.E3) kislīmu novembre-décembre
x ITI AB.(BA.E3) tebētu décembre-janvier Ensemencement des oignons
xi ITI ZIZ2.(AM3) šabāṭu janvier-février Ensemencement de l'orge
xii ITI ŠE.(KIN.KU5) addaru février-mars Récoltes des fèves

BG

Return to Chronology & Dates

the_standard_mesopotamian_calendar.txt · Last modified: 2017/04/27 11:26 by lafont
CC Attribution-Noncommercial-Share Alike 4.0 International
Driven by DokuWiki Recent changes RSS feed Valid CSS Valid XHTML 1.0